Cadavre 19

Résumé : « Les morts ne peuvent pas nous parler. » L’affirmation du Professeur Madoc pendant le cours d’anatomie est sans équivoque. Et pourtant, Patrick Fort, son étudiant autiste est persuadé du contraire. Fasciné par la mort depuis le décès de son père lorsqu’il était enfant, Patrick suit des cours d’anatomie à l’hôpital universitaire de Cardiff. Ce jour-là, il doit déterminer la cause de décès du cadavre portant le numéro 19. Une mort naturelle paraît-il. Mais lui a une tout autre intuition, comme si ce corps qui gît sur la table d’autopsie tentait de communiquer avec lui. Et que faire des affirmations de Samuel Galan, ce patient tout juste sorti du coma qui prétend avoir assisté au meurtre de son voisin de chambre, le fameux cadavre 19 ? Alors que Patrick tente d’élucider ce mystère, des secrets vont ressurgir de son propre passé…

Ce fut une bonne lecture. L’enquête est plutôt banale en soit mais s’avère intéressante car on suit cette histoire du point de vue de Patrick, un jeune étudiant en anatomie et atteint du syndrome d’Asperger. Il cherche à comprendre ce que son père a pu devenir suite à sa mort. C’est un personnage qui évolue au fur et à mesure du récit, il est confronté à des événements qui chamboulent son quotidien et qui l’obligent à prendre des décisions sans forcément réfléchir.

J’ai également trouvé la première partie plutôt intéressante – on suit aussi le point de vue d’un homme, Sam, qui vient de se réveiller du coma suite à un accident, qui est en incapacité de parler et qui vient d’assister au meurtre de celui qui dort en face de lui à l’hôpital. Charmant. On ressent toute sa frustration à ne pas pouvoir s’exprimer et à ne pas pouvoir dire ce qu’il a vu. J’ai plutôt bien accroché, surtout avec la révélation qui a lieu au milieu. Toute la partie sur l’anatomie et la dissection était intéressante aussi, je me demande si ça se passe réellement comme cela dans la réalité.

A part ça, la plume de l’autrice s’avère être assez simple, les personnages ne sont pas très marquants ou plus développés que ça donc je ne suis pas attachée à eux. Il y a quand même beaucoup de points de vue différents, j’ai eu parfois du mal à avoir le lien entre l’intrigue au premier plan et celle au second plan. Le point de vue de Tracy ne me semblait pas forcément essentiel à l’ensemble, surtout que son sort est assez flou, mais bon.

Une bonne lecture mais pas inoubliable.

Cadavre 19 de Belinda Bauer, 378 pages, éditions Fleuve, collection Noir, 18,90€, 2265097209

Laurine

Le manuscrit inachevé

Couverture Le manuscrit inachevé

Résumé : Aux alentours de Grenoble, un jeune a fini sa trajectoire dans un ravin après une course-poursuite avec la douane. Dans son coffre, le corps d’une femme, les orbites vides, les mains coupées et rassemblées dans un sac. À la station-service où a été vue la voiture pour la dernière fois, la vidéosurveillance est claire : l’homme qui conduisait n’était pas le propriétaire du véhicule.

Léane Morgan et Enaël Miraure sont une seule et même personne. L’institutrice reconvertie en reine du thriller a toujours tenu sa vie privée secrète. En pleine promo pour son nouveau roman dans un café parisien, elle résiste à la pression d’un journaliste : elle ne donnera pas à ce vautour ce qu’il attend, à savoir un papier sur un auteur à succès subissant dans sa vie l’horreur racontée dans ses livres. Car sa vie, c’est un mariage dont il ne reste rien sauf un lieu, L’inspirante, villa posée au bord des dunes de la Côte d’Opale où est resté son mari depuis la disparition de leur fille.

Dans le vent, le sable et le brouillard, une question se posera : faut-il faire de cette vie-là un manuscrit inachevé, et en commencer un autre ?

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un livre que j’ai lu en vingt-quatre heures. Il s’agit de Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez… Ah Franck Thilliez ! L’un de mes auteurs préférés dans le monde du thriller français. Il m’épate à chaque fois, que ce soit avec ces one-shot ou avec sa série Lucie Hennebelle et Franck Sharko, où nous suivons un duo de flics acharnés. Ici, il s’agit d’un one-shot.

Dans les premières pages, un homme nous explique que son père est un célèbre auteur décédé il y a peu. Derrière lui, il laisse le manuscrit inachevé de son roman appelé Le manuscrit inachevé. En accord avec la maison d’édition, il décide de le publier. C’est donc lui qui a écrit les derniers chapitres du roman que nous lisons.

Nous suivons deux points de vue différents dans Le manuscrit inachevé. Tout d’abord, celui de Léane Morgan, une célèbre autrice de thrillers. Sa fille Sarah est portée disparue depuis quatre ans. Elle vit avec son mari dans une villa appelée L’inspirante. C’est ici que tout va commencer… Son dernier roman, Le manuscrit inachevé, vient de paraître.

En parallèle, une enquête à première vue tout à fait banale. Un jeune de vingt ans échappe à un contrôle de police sur une route du sud de la France et termine sa course dans un ravin… Dans son coffre, les policiers découvrent un cadavre qui n’a plus de visage et une paire de mains. Sympathique, n’est-ce pas ? L’enquête est dirigée par Vic, un flic détesté par son ex-femme, par sa fille… et même par sa chienne. Il détient une mémoire incroyable et peut retenir les moindres détails, même les plus insignifiants.

Un roman est un jeu d’illusions, tout est aussi vrai que faux, et l’histoire ne commence à exister qu’au moment où vous la lisez.

Je ne souhaite pas vous en dévoiler plus. J’ai d’ailleurs fait le choix de raccourcir le résumé proposé par l’éditeur car, à mes yeux, il en dévoile trop et c’est bien dommage ! Car ce que j’aime chez Franck Thilliez, c’est justement cet effet de surprise et les rebondissements qu’il nous propose. Le manuscrit inachevé n’échappe pas à cette règle !

Le personnage de Léane est déterminée à connaître la vérité sur la disparition de sa fille. Ici, la thématique de la mémoire est abordée, que ce soit pour l’amnésie ou au contraire l’hypermnésie. C’est très intéressant. Les chapitres sont courts et les révélations s’enchaînent. Des tiroirs s’ouvrent, d’autres se ferment… Il y a beaucoup de références à Sherlock Holmes.

Impossible pour moi de connaître la fin avant de la lire. Vous vous en doutez, les deux histoires qui semblent totalement opposées l’une à l’autre se croisent pour un final… surprenant !

Beaucoup de personnes semblent déçues par cette fin et je peux le comprendre. Ma première pensée fut « Tout ça pour ça ?! ». En effet, elle paraît expédiée et toutes les réponses ne sont pas données au lecteur. Mais Franck Thilliez joue encore avec nous… Il suffit de savoir lire entre les lignes… Grâce aux indices dispersés entre les lignes, c’est à nous lecteur de décider de la fin qui nous convient ! C’est malin. Si certains souhaitent une aide pour la décoder, n’hésitez pas à me le demander.

Le manuscrit inachevé de Franck Thilliez, 524 pages, éditions Fleuve, collection Noir, 2018, 21,90€, 9782265117808

Laurine