Miséricorde

Résumé : Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s’acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l’avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d’encre. Mais, faute d’indices, la police avait classé l’affaire. Jusqu’à l’intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d’origine syrienne. Pour eux, pas de cold case…

Cela fait plusieurs années que j’entends parler des enquêtes du département V et je profite de cette période de confinement pour les découvrir. J’ai adoré ce premier tome !

Il s’agit d’un tome d’introduction dans lequel nous faisons la connaissance de deux personnages : Carl Morck, un policier et son nouvel assistant, Hafez el Assad, appelé Assad. Le scénario est assez classique : Carl est tourmenté par un événement. Une de ses enquêtes a mal tourné, l’un de ses coéquipiers et ami est décédé et un autre se retrouve à l’hôpital dans un terrible état.

Dans ce contexte, le département V est créé dans le commissariat dans lequel il travaille. Ce département propose de reprendre des enquêtes non résolues précédemment. Et c’est ainsi que Carl se plonge dans le dossier concernant Merete Lyyngaard, une politicienne danoise qui a disparu mystérieusement sur un bateau, en pleine mer…

Pour moi, le point fort de ce roman est le duo que forme Carl et Assad. Nous ne savons pas grand chose d’Assad. C’est un est réfugié politique syrien. Nous en apprendrons sans doute plus dans les prochains tomes. Je me suis déjà beaucoup attachée à lui. Il a des réactions assez drôles (l’humour est très présent dans ce roman), d’autres qui peuvent paraître assez naïves parfois et pourtant, il se débrouille bien et aide énormément Carl.

J’ai d’ailleurs eu plus de mal avec ce dernier. Son personnage peut sembler un peu « cliché ». Il incarne encore la figure du flic torturé par son passé. Pourtant, c’est un personnage à la fois fort et pleins de faiblesses.  J’attends de voir son développement. La principale chose qui me dérange chez lui sont les nombreuses remarques sexistes qu’il peut avoir vis-à-vis des femmes qui l’entourent. Carl commente souvent leur physique et c’est dérangeant à mes yeux. Il a même eu une remarque homophobe.

Un autre point intéressant est la formation du département V. Nous voyons comment est crée le département V, quels sont ses enjeux et quels sont les enjeux au sein même du commissariat. La situation profite même à certains du point de vue économique puisqu’une subvention est versée. J’ai beaucoup aimé les relations entre les différents policiers, certaines sont conflictuelles et sont bien développées.

L’enquête est passionnante. L’alternance de deux époques dynamise énormément le récit. Nous voulons toujours en savoir plus une fois un chapitre terminé. Le livre se lit très rapidement. Nous suivons l’enquête dans le présent mais aussi le personnage de Merete. Elle est emprisonnée dans une cage. Les années passent et nous découvrons quel sort ses bourreaux lui réservent.

C’est un personnage féminin très fort que j’admire beaucoup. Malgré les événements, elle reste forte, elle essaye de ne pas sombrer dans la folie et ne se laisse pas faire. Elle veut s’en sortir pour retrouver son frère. Leur relation est vraiment belle.

She’d been lying on the floor thinking about books. That was something she often did in order not to think about the life she might have had if only she’d made different choices. When she thought about books, she could move into a whole different world. Just remembering the feeling of the dry surface and inexplicable roughness of the paper could ignite a blaze of yearning inside of her. The scent of evaporated cellulose and printer’s ink. Thousands of times now she’d sent her thoughts into her imaginary library and selected the only book in the world that she knew she could recall without embellishing it… A philosophical little bear named Winnie the Pooh was her salvation. Her only defense against madness. Pooh and all the animals in Hundred Acre Wood.

J’ai été un peu déçue par la fin du livre. En effet, à cause d’une phrase dans le roman, j’ai deviné l’identité de l’un des bourreaux de Merete. Malgré ça, ce fut une très bonne lecture et j’ai hâte d’entamer le deuxième tome et de découvrir une nouvelle enquête du département V.

Miséricorde de Jussi Adler-Olsen, 526 pages, éditions Le Livre de Poche, collection Thriller, 2013, 8,20€, 9782253173618

Laurine