Esprit d’hiver

Couverture Esprit d'hiver

Résumé : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzards s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant…

J’essaye de diversifier mes lectures le plus possible et c’est pour cette raison que je me suis dirigée vers Esprit d’hiver de Laura Kasischke. Il s’agit d’un roman contemporain. Je l’ai lu dans le cadre du readathlon organisé par la chaîne de Eli Watson.

Ce fut une lecture assez décevante et je vais tenter de vous expliquer pourquoi. Dans ce livre, nous faisons la connaissance d’Holly. C’est le matin de Noël et elle vient de se réveiller avec un sentiment bizarre. En effet, elle ne cesse de se répéter : « Une chose les avait suivis depuis la Russie ». Elle et son mari Eric ont adopté il y a des années une petite fille, Tatiana, en Sibérie. C’est aujourd’hui une adolescente. Cette dernière ne cesse d’agir bizarrement.

J’ai trouvé ce roman très très long. Pourtant, il ne fait que 294 pages. Il n’y a aucune action. Nous sommes dans les pensées de Holly et dès le départ on sent que quelque chose ne va pas. L’ambiance est spéciale et la tension monte petit à petit. C’est comme un huit-clos car Holly se retrouve bloquée dans sa maison avec sa fille. Il neige dehors, aucun des invités ne peut venir pour fêter Noël. Son mari a quitté la maison pour aller chercher ses parents à l’aéroport et ne donne plus de nouvelles. Holly reçoit des appels bizarres…

Ce profil :

Les yeux baissés. Le regard fixe. Une beauté ancienne sculptée par une personne dont l’identité s’était perdue dans le temps. Et le message ancien qu’elle portait, qui semblait être : Contemple-moi, je suis là sans être là, issue de toi mais séparée de toi.

Nous voilà partis dans une introspection et des pensées confuses. Il y a tellement de répétitions (Combien de fois lisons-nous le mot « Sibérie » ?), de descriptions inutiles et de retours dans le passé… Ces retours dans le passé sont essentiels à l’histoire, nous le comprenons à la fin du livre mais il y en a tellement dès le départ que ça devient très vite ennuyant. J’avoue avoir lu en diagonale une bonne partie du roman.

Pourtant, malgré tout cela, la plume de Laura Kasischke est agréable. Elle aborde des sujets intéressants, comme la maladie, la reconstruction, les liens mère/fille et l’adoption. La fin est étonnante et surprenante mais l’ensemble ne m’a pas plu du tout ! Dommage.

Esprit d’hiver de Laura Kasischke, 294 pages, éditions Christian Bourgeois, 2013, 20€, 2267025221

Laurine